Les Français à Terre-Neuve
La pêche internationale au XVIe siècle

Le conflit franco-anglais

La pêche par les Français au XVIIe siècle

La pêche par les Français au XVIIIe siècle

Plaisance
La garnison de Plaisance

Fort militaire

Attaques anglaises

Population de Plaisance

Habitants-
Pêcheurs


Les pêcheurs-
engagés


L'Économie





En dépit d'un blocus naval anglais, les forces françaises continuèrent d'attaquer les établissements anglais.
Attaques anglaises

Dès le 25 février 1690, 45 flibustiers de Ferryland sous la conduite de Herman Williamson, envahissent Plaisance par terre. Après avoir tué deux soldats et blessé Louis de Pastour d'une balle au dos, ils s'emparent de tous les établissements. La population est emprisonnée pendant six semaines dans l'église jusqu'au départ des Anglais le 5 avril, avec les vivres de la colonie.

L'église anglicane, Plaisance.
L'ancienne église française, où les habitants furent emprisonnés, aurait été sur le même site que l'actuelle église anglicane.

Photo par Edward Power. Reproduite avec la permission du ministère de l'Éducation, gouvernement de Terre-Neuve et du Labrador, ©1982.
Version agrandie (39 kb)
L'église anglicane

À l'automne de 1692, les Anglais attaquent à nouveau sous le commandement du Commodore Williams avec cinq navires dont le Saint-Albans armé de 62 canons et des équipages totalisant près de 800 hommes face aux 50 soldats français aidés de pêcheurs basques. Les 2 000 boulets tirés par les Anglais endommagent plusieurs maisons et le 23 septembre la flotte se retire. Le 28 août 1693 c'est au tour de Francis Wheeler de se présenter devant Plaisance avec 19 navires. Le 30 août s'ajoute cinq autres navires. C'est finalement la tempête du 3 septembre qui convainc la flotte de se retirer. Il ne faut pas croire que les officiers français demeurent sur la défensive puisqu'ils mènent des attaques—bien que vaines—contre Saint-Jean en 1692 et en 1694. En 1696, le gouverneur Jean-Jacques de Brouillan de Monbeton (1691-97) mobilise une frégate et huit navires pour attaquer les postes anglais. Bien qu'il ne prenne pas Saint-Jean, il s'empare d'une trentaine de barques, fait des prisonniers et saisi des milliers de morues.

Philippe de Pastour de Costebelle
Philippe de Pastour de Costebelle.
Photo par Edward Power. Reproduite avec la permission du ministère de l'Éducation, gouvernement de Terre-Neuve et du Labrador, ©1982.
Version agrandie (20 kb)

Au début du 18e siècle, les Français sont les premiers à passer à l'action. En 1702, Philippe Pastour de Costebelle (1701-1702) donne une commission au sieur Du Tilly pour attaquer Baie Trinité. Des navires anglais menacent Plaisance en mars et en septembre1703. En 1705, ce sont plutôt les Français de la colonie qui attaquent les établissements anglais de Terre-Neuve, avec l'aide de renforts du Canada.C'est un grand succès puisque seuls Saint-John's et l'Île Carbonnière résistent aux Français. En 1708, avec sept navires de guerre, l'Angleterre opte pour un blocus naval afin d'affamer Plaisance. C'était un bon stratagème puisque la famine gronde dès juillet, sans oublier que la colonie doit nourrir 500 prisonniers anglais. Saint-Ovide décide tout de même d'attaquer des établissements anglais en décembre 1708. Dès janvier 1709, avec l'aide d'une troupe composée de 170 hommes; Français, Canadiens et Indiens, il s'empare de Saint-John's, fait 800 prisonniers et détruit les défenses de la ville. C'est la dernière des trois attaques françaises contre Saint-John's dans l'histoire de Plaisance. Le blocus anglais continue en 1711 et 1712 avec une vingtaine de navires anglais fermant l'entrée de la baie. C'est finalement le traité d'Utrecht de 1713 qui a raison de la résistance des coloniaux de Plaisance. La colonie passe à l'Angleterre et les habitants français ont l'option de déménager à l'Île Royale (Cap-Breton) ou de retourner en France.

Les ruines de Castle Hill vers 1890.
De M. Harvey, Newfoundland illustrated : "the sportsman's paradise" ; a collection of views, with short descriptions of the beautiful scenery, prolific sporting grounds, old historic spots, and healthful summer resorts, in England's oldest colony, (Concord, N. H.: T.W. & J.F. Cragg, ©1894), 87.
Version agrandie (39 kb)
Les ruines de Castle Hill

© 2000, Nicolas Landry.


Table des matières Carte du Site Recherche Accueil