Les découvreurs

Les explorateurs

Pêche migratoire européenne
La pêche internationale au XVIe siècle
Colonisation officielle

Colonisation spontanée

Les Français à Terre-Neuve



La pêche internationale au XVIe siècle

Pour avoir une idée de l'importance du poisson dans le régime alimentaire des Européens du XVe siècle, il suffit de savoir que la pêche employait plus de travailleurs que toute autre occupation, exception faite de l'agriculture. Source de protéines facile à conserver, à transporter, à acheter et à préparer, le poisson était aussi une ration idéale pour les soldats des premiers États-nations.

Les gouvernements nationaux voyaient toute activité maritime, y compris la pêche, comme une chance de former les marins indispensables en temps de guerre. Ils encourageaient donc la pêche non seulement pour la ressource alimentaire que représentait le poisson, mais aussi parce qu'elle était une  pépinière de marins . Même l'Angleterre protestante instituerait des jours maigres pour accroître la consommation du poisson. Il va sans dire que la découverte de riches territoires de pêche au large de Terre-Neuve a immédiatement intéressé tous les pays d'Europe occidentale.

L'annonce de la découverte de Cabot s'est donc répandue en Europe comme une traînée de poudre. En moins de 10 ans, un nombre considérable de pêcheurs européens se rendaient chaque année pêcher la morue au large de la terre neuve . À l'époque, les Anglais étaient peu nombreux; ils avaient été devancés par les Français de Bretagne et de Normandie et les Portugais durant les premières décennies du XVIe siècle. Des pêcheurs bretons se rendaient déjà à Terre-Neuve en 1504, et les pêcheurs normands étaient informés de l'existence des bancs de pêche par Thomas Aubert, qui y avait effectué un voyage de reconnaissance en 1508. Dès les années 1520, les ports français envoyaient tous les ans de 60 à 90 navires. On ignore quelle était la taille de la flotte portugaise à la même époque.

Après 1540, les Basques du nord de l'Espagne sont venus ajouter une composante à ce que les historiens ont appelé la pêche internationale . En 1578, Anthony Parkhurst a pu compter plus de 100 navires espagnols à Terre-Neuve, tous en quête de morue. En comparaison, l'effort des Anglais durant la même période était bien faible : Parkhurst indique n'avoir observé que quatre navires anglais à Terre-Neuve en 1573.


Ports de pêche français du littoral atlantique.
Illustration de Tina Riche, 1997.

Pourquoi les Français et les Portugais ont-ils su profiter si rapidement de la découverte de Cabot, lui dont l'expédition avait été financée par les Anglais? Une partie de la réponse peut résider dans la géographie. Avant de pêcher à Terre-Neuve, les Anglais pratiquaient cette activité autour de l'Islande. Leurs ports de pêche, au nord-est de l'Angleterre, donnaient sur la mer du Nord; ils étaient donc loin des territoires de pêche de Terre-Neuve. À l'opposé, les ports du sud-ouest, idéalement placés pour exploiter les bancs d'outre-Atlantique, en viendraient à dominer la pêche à Terre-Neuve; mais il leur faudrait un certain temps pour instaurer une industrie morutière, ainsi que pour ouvrir des marchés pour un produit auquel ils n'étaient pas encore accoutumés.

Les Français des ports de l'Atlantique, situés stratégiquement pour tirer parti de la découverte de Cabot, étaient déjà familiers avec la pêche de la morue en mer du Nord. Plus important encore, ils servaient déjà des marchés dans le nord et l'est de la France.

Car les marchés étaient un facteur capital. Le poisson capturé à Terre-Neuve par les Bretons et les Normands allait se retrouver sur des marchés de l'intérieur du pays, comme ceux de Paris et de Rouen. De leur côté, Espagnols et Portugais profitaient du fait que leurs pays pratiquaient un Catholicisme aussi strict que militant : ils répondaient donc à une forte demande de poisson pour les jours maigres; et ces deux pays, occupés à bâtir des empires en Amérique et en Asie, avaient besoin de morue pour nourrir les marins et les soldats associés à cette expansion.

Mais l'Angleterre n'avait pas de marché en expansion et ses activités de pêche en Islande et au large de ses côtes suffisaient à la demande de poisson. Ses ports n'avaient donc pas de raison de consacrer des efforts majeurs à la pêche terre-neuvienne. Si le déclin des stocks autour de l'Islande a favorisé l'expansion de la pêche des Anglais vers Terre-Neuve, la véritable impulsion a été le fruit du déclin de la pêche par les Espagnols et les Portugais; quand les consommateurs du sud de l'Europe se sont mis à rechercher des fournisseurs de morue à l'étranger, les ports du sud-ouest de l'Angleterre ont trouvé le marché dont ils avaient besoin.

Déclin de la pêche des Espagnols et des Portugais à Terre-Neuve

C'est la situation en Europe, plutôt que des événements liés à Terre-Neuve, qui a précipité le déclin de la pêche ibérique (autrement dit, de l'Espagne et du Portugal). Les activités de pêche des Espagnols étaient basées dans le pays Basque, au nord de l'Espagne


Ports de pêche basques engagés dans la pêche à Terre-Neuve
Illustration de Tina Riche, 1997.

Les richesses colossales tirées du pillage des conquêtes d'Amérique avaient permis l'établissement à Madrid d'un gouvernement central fort, qui s'était mis à asseoir son autorité sur toutes sortes de règlements et de restrictions. Toutes ces nouvelles procédures allaient peu à peu ralentir l'activité économique du pays, y compris la pêche. Au départ, les ports de pêche basques ont tenté d'ignorer ces mesures; toutefois, avec le temps, de nouvelles taxes, associées à des restrictions sur le commerce et la navigation, ont affaibli la position concurrentielle des pêcheurs espagnols par rapport à leurs rivaux du reste de l'Europe.

Simultanément, l'or et l'argent d'Amérique qui affluaient en Espagne avaient un effet inflationniste, provoquant une hausse des prix. Il en coûtait donc plus cher aux pêcheurs espagnols, tandis que les prix élevés payés pour le poisson attiraient de plus en plus de fournisseurs étrangers sur le marché espagnol.

Mais aucun facteur n'aura eu un impact aussi désastreux que la guerre livrée à l'Angleterre vers la fin des années 1580. En plus de réquisitionner les équipages et les bateaux de sa marine commerciale (qui comprenait la pêche) à des fins militaires, l'Espagne exposait sa flotte marchande aux attaques des corsaires anglais. En 1585, Sir Francis Drake allait s'attaquer systématiquement aux navires espagnols au large de Terre-Neuve, en prenant bien soin d'éviter les centres espagnols comme Plaisance et le détroit de Belle-Isle. En 1587 et 1588, les Espagnols ont bien répliqué en s'en prenant aux navires anglais et français, mais il était déjà trop tard et jamais l'industrie espagnole de pêche de la morue ne se remettrait complètement. Le Portugal était touché lui aussi : conquis par l'Espagne en 1580, il allait subir les impacts négatifs des politiques de Madrid. Jusqu'au retour de la paix en 1604, les Anglais poursuivront avec détermination leurs attaques contre les navires de pêche ibériques.

Ceci dit, toute la flotte de pêche ibérique des bancs de Terre-Neuve n'allait pas être détruite. Les pêcheurs espagnols et portugais ont continué de traverser l'Atlantique tout au long du XVIIe siècle. Les Français signalent la présence de pêcheurs espagnols à Plaisance en 1655, et des Anglais en observent après 1660 au nord de Bonavista. Ces mentions tendent à suggérer que des pêcheurs résidants espagnols aient pu subsister à Terre-Neuve jusqu'à la fin du siècle. Mais ils étaient si peu nombreux qu'ils auraient pu tout aussi bien ne pas exister. L'occasion était donc belle pour les Français, et plus encore pour les Anglais.

Les Français et les Anglais à Terre-Neuve

L'Espagne et le Portugal voulaient de la morue, au même titre que d'autres acheteurs dans la Méditerranée, notamment ceux de l'Italie. Comme la pêche ibérique ne parvenait plus à répondre à la demande, les acheteurs d'Europe méridionale se sont mis à chercher ailleurs. La France et l'Angleterre sont les deux pays qui ont su profiter le plus de cette situation./P>

Entre 1545 et 1565, le nombre de navires armés à Bordeaux passait d'environ 20 à 40 par an; à La Rochelle, il augmentait de 12 à plus de 40; et de la douzaine de navires qu'on armait à Rouen au début des années 1540, on passait à plus de 90 vers 1555. Les Sables d'Olonne peuvent avoir armé 100 navires durant la deuxième moitié du XVIe siècle, et des augmentations substantielles ont aussi été mentionnées pour La Rochelle et Le Croisic. La flotte de pêche des Anglais allait aussi prospérer, passant de 30 navires par an à quelque 200 à la fin du siècle. En 1615, Richard Withbourne a estimé que les 250 navires anglais, portant 5 000 hommes d'équipage, avaient ramené pour 120 000  de morue. Il n'en reste pas moins que c'est la France qui dominait encore la scène. Vers le milieu du siècle, pour chaque navire de pêche anglais à Terre-Neuve, il y avait deux navires français.

Un tel engouement aurait pu susciter des frictions entre pêcheurs des deux pays. Mais les modes de pêche de chaque groupe se distinguaient assez pour ne pas être forcément concurrentiels ni incompatibles. Les Anglais pratiquaient le séchage du poisson, le débarquant sur la côte pour le nettoyer, le fendre et le mettre à sécher sur des vigneaux minutieusement construits. Même si ce procédé exigeait relativement peu de sel, c'est le terme 'morue salée' qui a été adopté pour en décrire le résultat. Des deux procédés, le séchage était le meilleur : le poisson risquait moins de se gâter et, se conservant plus longtemps, présentait le plus d'avantages pour le commerce et la consommation.

Même si les Basques de France et certains pêcheurs bretons et normands pratiquaient le séchage, les Français préféraient le procédé à la saumure, par lequel la morue était couverte de sel et empilée dans la cale, ou mise dans des tonneaux de saumure. On appelait le produit final 'morue verte'.

Pour ces raisons, les Français ne se sentaient pas tenus de disputer aux Anglais leur utilisation des grèves de la presqu'île Avalon. Ce n'est que vers la fin du siècle, pour répondre aux nouvelles demandes du marché, qu'eux aussi commenceraient à pratiquer le séchage. Même alors, ils ne manquait pas d'endroits où pêcher et sécher leur poisson, dans le golfe du Saint-Laurent par exemple, et même sur le continent nord-américain. Avant le milieu du XVIIe siècle, les Français n'ont jamais manifesté de réel intérêt territorial à l'endroit de Terre-Neuve.

La nature et l'évolution des pêches française et anglaise ne tenaient pas uniquement aux préférences des marchés. Les historiens ont souvent expliqué le choix des procédés de conservation de la morue par la disponibilité du sel : ainsi, la France, qui avait du sel en abondance, aurait-elle préféré produire de la morue verte, tandis que les pêcheurs anglais, pauvres en sel, auraient privilégié le séchage. On croit maintenant que c'est le marché qui a conduit les Anglais à choisir la morue salée, parce que c'est ainsi qu'on la préférait en Espagne, au Portugal et autour de la Méditerranée. Les Français allaient d'ailleurs finir par adopter ce procédé, même s'ils avaient du sel en abondance.

Les deux pays se distinguaient aussi par leurs méthodes de mise en marché qui, à la fin du XVIe siècle, avaient commencé à prendre forme. Les Français vendaient leur poisson à de nombreux marchés, tant en France qu'à l'étranger. Au départ, les havres bretons et normands ont répondu à la demande de morue verte dans le nord et l'est de la France. Lorsque le marché espagnol s'est ouvert, les ports français de la Manche, et surtout ceux du Pays basque français, ont commencé à faire de la morue salée. Bref, on aurait autant de mal à caractériser le commerce français du poisson à l'époque qu'à caractériser l'industrie française dans son ensemble. Il n'était pas basé dans les ports d'une région unique, ne favorisait pas un mode de conservation particulier et servait de multiples marchés, tant au pays qu'à l'étranger.

Les marchands anglais s'y sont pris tout autrement. Ignorant le marché local, ils ont mis presque tous leurs efforts à servir les ports du sud de l'Europe. Ils n'avaient pas tardé à reconnaître, dans le commerce de la morue salée, une excellente façon de rapatrier en Angleterre une partie des richesses de l'Amérique espagnole : le poisson pouvait être payé en lingots d'or, ou échangé contre des fruits, des vins et d'autres denrées prisées de l'Europe méridionale. D'abord, les navires emplis de poisson rentraient dans leurs ports d'attache en Angleterre, d'où leur cargaison était transportée sur d'autres navires jusqu'aux marchés. Cette pratique s'est graduellement modifiée, le poisson étant ramené de Terre-Neuve directement en Espagne ou au Portugal.


Marchés du sud de l'Europe
Illustration de Tina Riche, 1997,1999.

Au début du XVIIe siècle, le poisson était souvent chargé sur des navires consacrés au seul transport de telles cargaisons, qui visitaient Terre-Neuve à la fin de la saison de pêche. D'ordinaire beaucoup plus gros que les navires de pêche, ils étaient appelés 'sack ships' par les Anglais. L'origine du nom est incertaine, mais l'explication la plus populaire veut qu'on ait aussi consacré ces navires au transport du xérès d'Espagne, communément appelé 'sack'. Peut-être le mot 'sack' est-il aussi une altération du mot français 'sec', qui identifiait la morue salée et séchée. Plus récemment, Peter Pope a avancé que le mot 'sack' était fort probablement dérivé de l'espagnol 'vino de sacca', ou 'vin destiné à l'exportation'. (Pope, p. 264)

On a employé l'expression 'échange triangulaire' pour désigner le trajet effectué par ces navires (Angleterre - Terre-Neuve - Europe méridionale - Angleterre). C'est une vue un peu simpliste. Les navires qui emmenaient les pêcheurs de l'Angleterre à Terre-Neuve n'étaient pas nécessairement ceux qui ramenaient le poisson de Terre-Neuve au sud de l'Europe. Ceci dit, l'expression demeure acceptable, étant donné qu'elle décrit les grands mouvements de capitaux (sous forme de navires et de cargaisons) associés à la pêche terre-neuvienne.

Au XVIe siècle, les Européens auront fermement enraciné leur pêche migratoire à Terre-Neuve, ainsi que ses caractéristiques fondamentales. Les pays qui allaient y participer, leurs méthodes et leurs territoires de pêche, leurs façons de préparer le poisson et les endroits où ils allaient le vendre, tout cela était déjà bien établi en 1600. À ce moment, la France dominait la pêche à Terre-Neuve, et l'Angleterre constituait la seule concurrence sérieuse..

Les deux pays n'avaient vraiment aucun motif sérieux d'entrer en guerre sur la question de la pêche à Terre-Neuve : échappant à toute juridiction, les bancs de pêche et leurs poissons étaient du domaine public. Les Français avaient recours à plusieurs types de préparation du poisson, ce qui limitait les risques de dispute avec les Anglais, et les marchés servis par les deux pays n'étaient pas vraiment les mêmes. Cependant, la France et l'Angleterre entraient progressivement dans une lutte à finir pour établir leur domination commerciale et étendre leur empire colonial. Dès lors, la pêche allait être perçue comme un trésor national, et son contrôle comme un motif de conflit.




Table des matières Carte du Site Recherche Accueil