Situation géographique et environs

Relief

Climat

Eaux douces

Océan froid

Biosphère


Introduction

Peuples autochtones

Société, économie et culture

Exploration et colonisation

Arts

Gouvernement et politique





Dans l'ensemble, le climat terre-neuvien est remarquable pour ses importantes fluctuations saisonnières et son instabilité.


Le début et la fin des saisons, leur durée et leur climat varient de façon marquée d'une région à l'autre de la Province.

L'apparition du printemps est retardée par l'importance des masses atmosphériques froides du Pôle et par la basse température de la surface de l'océan.
Climat

Comme l'emplacement, le climat fait partie intégrante de l'expérience terre-neuvienne. Dans l'ensemble, le climat de la province est remarquable pour ses fluctuations saisonnières importantes et son instabilité, ainsi que pour ses sautes d'humeur qui rendent souvent difficile la prévision des conditions atmosphériques.

Image satellitaire de Terre-Neuve et du Labrador
Modifiée par Tina Riche, à partir d'une photo noir-et-blanc, avec l'autorisation de la station de satellite de Shoe Cove, baie de la Conception (Terre-Neuve).
Version agrandie (49 kb)
Satellite Image

Trois grands facteurs déterminent le climat de la région :

  1. La zone géographique où se trouve la province est caractérisée par des écarts saisonniers considérables de l'apport d'énergie solaire, et par des vents d'ouest dominants.
  2. La position de Terre-Neuve par rapport au Canada continental, et la division de la Province en secteurs insulaire et continental, signifient que l'île et le Labrador connaissent des modes distincts d'écoulement de l'air dans les terres et sur les côtes.
  3. L'immensité des nappes d'eau froide et de glace hivernale en haute mer, y compris dans le système de courants du Labrador, a un impact direct sur le climat et le temps qu'il fait; et le système de courants d'impulsion du Gulf Stream et de l'Atlantique nord, nettement plus chaud, affecte les propriétés de l'air qui atteint la Province depuis le sud et l'est.

En outre, des éléments du relief comme les hautes-terres, les chaînes de montagnes, les vallées abritées et les plaines littorales ont une incidence sur les particularités plus fines du climat et de la température.

La Province s'étend entre 46,5o et 60,5o de latitude nord. D'ouest en est, elle va de l'ouest du Labrador, à l'intérieur du continent, jusqu'aux péninsules du sud-est de l'île, qui s'avancent dans l'océan : il s'agit d'un territoire immense, au sein duquel le début et la fin des saisons, leur durée et leur climat varient considérablement. L'hiver, qui se caractérise ici par la persistance de températures quotidiennes moyennes inférieures au point de congélation (0 oC), peut durer de six mois dans le nord et l'ouest du Labrador (de novembre à avril), à quatre mois (de décembre à mars) dans le reste de la Province. L'intérieur du Labrador connaît de longues périodes d'enneigement continu, où les températures se tiennent entre -5 et -30 oC; ceci dit, à cause de fréquents régimes de haute pression polaire et arctique, les temps clairs et secs y dominent. Le sud-est du Labrador connaît des températures hivernales plus comparables à celles de l'île. Exposé aux vigoureux systèmes de tempêtes du sud et du sud-ouest, il est plus souvent en butte aux précipitations et aux vents violents.

Sur l'île, l'hiver se caractérise par la grande variabilité de l'enneigement, ainsi que de la profondeur et de la persistance de la couche de neige, selon les régions et les années, des conditions qui ont un impact significatif sur les ressources en eau, les réseaux de transport terrestre et les loisirs d'hiver.

Le début du printemps est retardé par l'influence dominante de l'air polaire et par la basse température de la surface de l'océan. Les températures moyennes quotidiennes atteignent d'abord le point de fonte dans la presqu'île Avalon et la péninsule de Burin (en avril), un mois plus tard dans les plaines du sud-est du Labrador et à Goose Bay, et rarement avant la mi-mai dans le nord du Labrador. Les littoraux exposés du nord et de l'est subissent de longues périodes de nuages bas, de brume et de précipitations de faible intensité, qui épargnent en général les régions de l'intérieur et de l'ouest. Ceci dit, entre mai et juillet, on remarque ordinairement une réduction significative des précipitations et des vents violents, tout particulièrement sur l'île.

Le retrait vers le nord du courant-jet polaire, accompagné du passage au sud-ouest des vents dominants, cause un changement de régime climatique vers le milieu ou la fin de juin. Les températures quotidiennes maximales de l'été (ordinairement de 27 à 31 oC) se présentent normalement à bonne distance de la côte sud, qui est plus vulnérable au brouillard marin. On observe un refroidissement marqué vers le nord, sur la péninsule Northern. Plus près des courants dépressionnaires de l'été boréal, le Labrador connaît normalement un été plus humide que l'île.

À l'automne, la côte sud de l'île se refroidit relativement lentement à cause du décalage thermique de l'océan et de l'apparition tardive des masses d'air froid du nord. Par conséquent, la température moyenne quotidienne de la presqu'île Avalon ne descend sous le point de congélation que vers la mi-décembre, deux bons mois après l'ouest et le nord du Labrador. Dans toute la Province, on note une augmentation appréciable des précipitations et des vents violents en octobre et en novembre.

Table des matières Carte du Site Recherche Accueil