The Labrador Boundary


Privy Council Documents


Volume VIII
Contents




[Undated.]

[11 Nov. 1719.]

Mr. Bladen
to Mr. Dela-
faye, 11th
November,
1719.


p. 4080
C


No. 1541.

BOUNDARIES CLAIMED BY THE ENGLISH COMMISSARIES, 1719.


CAN. ARCH., Cll E, VOL. 2, pp. 31-33.
Sans lieu ni date.

Mémoire remis par Milord Stairs a M. le Maréchal d'Estrées.

Sa Majesté le feu Roy tres chrétien ayant stipulé par l'article 40e du traité de paix conclu a Utreckt que la Baye et le detroit d'Hudson avec toutes les terres, mers, rivages, fleuves et lieux qui en dépendent seront restitués au Royaume de la Grande Bretagne, qu'il sera nommé des Commissaires de part et d'autre qui détermineront les limites de chaque nation, lesquels il ne sera pas permis aux sujets des deux nations de passer pour aller les uns aux autres ny par mer, ny par terre :
Les Commissaires nommés par Sa Majesté Britannique demandent que lesd. limites soient réglés dans la manière suivante, assavoir que les limites commenceront depuis le Cap Nord de la Baye de Davis dans le 56 ½ degré de latitude qui servira de limites entre les Anglois et les François sur la Cote de Laboradore vers les terres de Rupert sur le continent d'Orient, et de la Nouvelle Bretagne du côté des François, et qu'aucun vaisseau françois, barque ou bâtimens quelconque, ne puisse passer au nord, du côté de l'Ouest du Cap Nord de la Baye de Davis, vers ou dans le detroit ou Baye d'Hudson, sous quelque prétexte que ce soit ; et que de plus on tirera une ligne depuis led. Cap du Nord de lad. Baye de Davis vers le grand lac Miscosinke als Mistovery, separant led. Lac en deux, Et qu'a l'endroit ou lad. ligne coupera le 49e degré de latitude du Nord, une autre ligne commencera et sera êtendüe du coté de l'Ouest depuis led. lac sur le 49e degré de latitude du Nord, au dela desqu'elles lignes ainsy descrites les françois ny aucune autre personne qu'ils employent ne passeront pas vers le nord dud. 49e degré de latitude, et vers le nord du nord-ouest dud. Lac ou ligne ainsy supposée ny par Terre, ny par eau, ny a travers aucune Rivière, Lacs ou pays pour négotier, ny batir aucun fort, ny faire aucun establissement.
Et d'autant que les sujets de Sa Majesté tres chrétienne ont fait depuis la paix d'Utrect un êtablissement a la source de la rivière Albany les Commissaires de Sa Majesté Britannique insistent sur ce que les François quittent . led. êtablissement, et que le fort s'il y en a quelqu'un de bati soit remis a la Compagnie des marchands anglois negotians dans lad. Baye d'Hudson.
Lesd. Comres demandent de plus que les sujets de Sa Majesté très

p. 4081

chrétienne ne bâtiront pas des forts ny ne fairont des êtablissemens sur aucune des Rivières qui se déchargent dans la baye d'Hudson sous quelque prétexte que ce soit, et que le cours et navigation entière de toutes lesd. rivières seront laissés libres a, la Compagnie des Marchands anglois trafiquant en la Baye d'Hudson et a tels indiens qui voudront trafiquer avec eux.
Non signé.


No. 1542.
C

MR. BLADEN TO MR. DELAFAYE.1


Paris, November 11th, 1719, N.S.

On Wednesday last, my Lord Stair and I delivered to the Marechal d'Estrées the demand of the Hudson's Bay Company, with respect to their limits, and by comparing the inclosed, which is a copy of that demand, with the instruction upon this head, you will perceive the same has been fully comply'd with.2
So soon as I shall have the French Commissarys' answer to our demand, I shall likewise take care to transmit you a copy of it, to be laid before their Excellencys the Lord Justices.

1 Reprinted from Joint Appendix, Ontario-Manitoba Boundary Case (P.C.), p. 511.
2 Vide the last preceding paper.

[1927lab]


Partnered Projects Government and Politics - Table of Contents Site Map Search Heritage Web Site Home