p. 3712

Il faut gagner ces Français et s'unir pour apprivoiser les Esquimaux.
De toutes les nouvelles qui ont été mandées du Labrador l'année 1716 et du contenu de toutes les lettres ci-jointes on doit conclure :

1° Qu'une lettre écrite à la baie Phélippeaux le 4me de septembre étant arrivée à Versailles le 18me octobre, le voyage de France à Labrador n'est ni long ni difficile et par consequent que ce pays peut être secouru en peu de temps ;

2° Que les Esquimaux sont en grand nombre et bons marins ; que le pays est bon et habitable et que l'on peut y faire des établissements fixes puisqu'il y a des chevaux et des vaches, des brebis et quantité de volailles, que les herbages, les racines, et les légumes de France y viennent bien, sans parler de la chasse et de la pêche qui y sont en abondance ;

3° Que la poche étant très abondante et d'un grand profit sur la côte du Labrador qui a près de 400 lieues, il faut y faire au moins trois établissements fixes ; un à la baie de Phélippeaux, le second au détroit de Belle-ile et le troisième à la baie de Kesselaki, tant pour y faire la pêche que pour arrêtrer les sauvages des Esquimaux. Pour cet effet il faut dans chacun des trois postes avoir une garnison d'environ 15 soldats avec un officier. La compagnie de Mr de Courtemanche suffira pour ces trois postes dans chacun desquels il faut bâtir une tour d'environ 40 pieds de haut à cause des neiges. Dans laquelle les soldats et l'officier logeront et sur laquelle on mettra des coulevrines pour empêcher les Esquimaux d'approcher. Il est même à



(Translation.)

The Frenchmen must be won over and we must be united in order to render the Esquimaux sociable.
From all the news received from Labrador during the year 1716 and the contents of every letter hereto annexed, it must be concluded :

1° That a letter, written at Bay Phélippeaux, on 4 September, having reached Versailles on 18 October, the journey from France to Labrador is neither long nor trying, and therefore, this country may obtain relief in a short time ;

2° That the Esquimaux are numerous and are good sailors ; that the country is a good one and inhabitable and that permanent establishments may be formed, inasmuch as there are horses, cows, sheep and a number of fowls ; herbs, roots and vegetables from France grow well, without mentioning game and fish which are in abundance;

3° That the fisheries being very abundant and very lucrative on the coast of Labrador which is nearly 400 leagues long, at least three permanent establishments should be formed there; one at the bay of Phélippeaux, the second at the strait of Belleisle and the third one at the bay of Kesselaki, to carry on fishing as well as to check the Esquimaux savages. To this end, each of the three posts will require with a garrison of about 15 soldiers with an officer. M. de Courtcmanche's company will be sufficient for these three posts in each of which will have to be built a tower of about 40 feet in height on account of the snow. The soldiers and their

p. 3713

propos d'avoir dans chaque poste un brigantin bien armé pour leur donner la chasse ;

4° Qu'il faut employer tous les moyens imaginables pour apprivoiser les Esquimaux.

Ces moyens sont : 1° De défendre aux Français de tirer sur eux et de les maltraiter ; 2° de tâcher d'en attirer ou attraper quelques-uns de leur faire toutes sortes de bons traitements, et de les renvoyer avec des présents pour eux et pour leurs compatriotes ; 3° d'engager quelques Français hardi et adroit d'aller chez eux pour tâcher de les gagner ou du moins pour engager les Français que l'on croit être parmi eux de les persuader d'avoir commerce avec les Français. Pour cet effet promettre et donner de bonnes récompenses à ces Français ; 4° Engager les Jésuites à établir une mission chez les sauvages. C'est certainement le meilleur moyen pour les apprivoiser, ces Pères ayant un talent admirable pour gagner les Français. Quand ils seront apprivoises on en retirera des avantages infinis. On profitera de leurs pêches, auxquelles ils sont fort adroits, de leur chasse et de leurs précieuses pelleteries. On les rendra chrétiens. Les Français feront leur pêche avec assurance étant en paix avec eux.

Cet article mérite de sérieuses attentions.
Car si les Esquimaux s'agguerrissent et les Français les aient toujours pour ennemis il faut renoncer au Labrador et à la pêche qui s'y fait ce qui serait une grande perte ; 5° Il faut aussi que dans chaque poste il y ait un magasin de vivres afin que les équipages des navires qui peuvent périr ou qui par d'autres accidents peuvent être obligés de passer l'hiver dans ce



(Translation.)

officer will live in it, and on it, will be the culverins to keep the Esquimaux at a distance. It is also desirable to have, at each post, a well armed brigantine to pursue them ;

4° That all conceivable means must be employed to render the Esquimaux friendly.

Such means are : 1. To forbid the French to shoot at them or ill-treat them ; 2. To endeavour to win over or seize a few of them, then to treat them with kindness and send them back with presents for themselves and their fellow-people ; 3. To induce a few bold and clever Frenchmen to go among them in order to win them over or, at least, to prevail upon those Frenchmen believed to be with them to persuade them to trade with the French. To this end, suitable rewards ought to be promised and given to those Frenchmen ; 4. To engage the Jesuits to establish a mission amongst them, for these fathers have an astonishing talent for winning over [to] the French. Once they have been civilized, immense benefits may be derived from them. We will profit by their fisheries, at which they are very clever, by their chase and their valuable furs. We will convert them to Christianity. Being at peace with them, the French will be able to carry on their fishery in security.

This article is deserving of the most careful consideration. In fact, if the Esquimaux become hardened against us and are always considered by the French as enemies, the Labrador and the fisheries must be given up that are carried on there, which would mean an enormous loss ; 5. At every post there must also be a store of provisions to save from death by cold or hardships the crews from any vessels that may be wrecked, or as a result of other accidents, may be compelled to winter in this

p. 3714

pays-là n'y meurent pas de faim ni de froid ni de misère ; 6° Il faut marquer les limites des dépendances de chaque poste, faire défense à ceux qui les auront d'aller dans les dependances de leurs voisins tant pour la pêche que pour la traite avec les sauvages ; défense de débaucher les hommes et les sauvages de leurs voisins même de les recevoir et prendre à leurs gages ; défendre de vendre de l'eau-de-vie, des armes et de la poudre aux sauvages crainte qu'étant très nombreux et fort adroits ils ne deviennent trop puissants ; 7° Ordonner aux concessionnaires de vivre en union, de se secourir aider et defendre les uns les autres ; et recommander au commandant ou gouverneur du Labrador d'y tenir la main et de donner avis à la Cour de ceux qui feront leur devoir et qui s'appliqueront à rendre la colonie florissante afin qu'ils soient récompenses, rien n'étant plus précieuse et estimable pour les colonies nouvelles qu'un bon et zélé habitant ; 8° Il faut donner une grande liberté aux pêcheurs et ne les point inquiéter ni gêner dans leur commerce. Il me semble neanmoins que l'on pourrait les obliger d'entretenir les trois petits forts et la compagnie de soldats qui y sera en garnison, et même de tenir la dite compagnie toujours complete par les recrues qu'ils y mèneront à leurs dépens. Dans chaque poste ils auront un magasin de munitions de guerre et de bouche rempli et entretenu à leurs dépens, et le garde-magasin qu'ils auront droit de mettre dépendra d'eux. Il y aura aussi dans chaque poste un magasin de vivres et d'habits appartenant aux pêcheurs.
Le garde-magasin dépendra d'eux. Il ne distribuera ou vendra ces vivres et habits que par leurs ordres et ne rendra compte qu'à eux, ou bien il faut faire pour l'entretien des forts et de la garnison du Labrador ce que le Roi a fait depuis peu pour l'entretien des forts de Guinée. Il est juste



(Translation.)

country : 6. The boundaries of the dependencies of each post must be determined. It must also be forbidden to the owners of such dependencies to enter their neighbours' dependencies either for fishing or to carry on trade with the Indians ; to prohibit the enticing away of their neighbours' men and Indians or from harbouring them and hiring them ; to prohibit the sale of brandy, arms and powder to Indians lest the latter, owing to their great number and adroitness, become too powerful ; 7. Enjoin the grantees to live united, to help, assist and defend one another ; and to recommend to the Commandant or Governor of Labrador to be vigilant and report to the Court those who have done their duty and who have been instrumental in rendering the colony prosperous, as nothing is more valuable or highly prized for a new colony than a good and zealous settler ; 8. The fishermen must be given the greatest freedom possible and they must not be disturbed nor interfered with in their trade. Nevertheless, it seems to me that they might be held to maintain the three small forts and the company of soldiers garrisoned therein, and also to keep up to strength the said company with recruits they would bring there at their own expense. At each post, they shall have a magazine of ammunition and provisions to be kept filled and maintained at their expense, and the storekeeper, whom they shall be authorised to appoint there, shall be dependent on them. There shall also be at each post a store-room for food and clothing belonging to the fishermen.
The store-keeper shall be dependent on them. Such food and clothing shall only be issued or sold by him on their order and he shall only be accountable to them. Or else what the King has done lately for the maintenance of the forts in Guinea will have to be done for the upkeep of the

p. 3715

que les pêcheurs qui ont tous les profits fassent les frais nécessaires pour la sureté et la commodité de leur commerce ; frais qui ne seront pas considérables et qui cependant leur procureront de grands avantages. Mais aussi il faut absolument empêcher qu'ils ne soient inquiétés par les officiers et soldats, ni par les Esquimaux ; 9° Le grand nombre dès Esquimaux, leur hardiesse à venir en flotte au nombre de 800 jusqu'à la baie Phélippeaux, les fusils, pistolets, pierreries et chaloupes qu'ils ont, les Français qui sont avec eux, les courses, ravages et pelleteries qu'ils ont faites et qui augmenteront si on n'y met pas ordre, font voir qu'il est de la dernière importance de s'y opposer au plus tot soit par l'établissement des trois postes dont j'ai parlé ; surtout de celui du district de Belle-Ile par où passent ces sauvages et où il faut avoir quelques brigantins armés pour les arrêter à ce passage, soit en prenant les moyens pour les apprivoiser et les rendre amis des Français ; 10° La vigilance et la hardiesse de Mr. de Courtemanche pour s'opposer à une flotte d'environ 800 sauvages et pour les mettre en fuite méritent bien quelques récompenses, au moins quelques gracieusetés ; un homme qui veut bien, pour le service de l'Etat demeurer presque seul, dans un pays inhabité tel que le Labrador, étant impayable.



(Translation.)

forts and garrison in Labrador. It is fair that the fishermen, who get all the profits, should bear the necessary expense to insure the safety and convenience of their business ; such costs would not be very heavy and still they would derive great benefits therefrom. On the other hand, their being disturbed by the officers and soldiers or by the Esquimaux should be absolutely prevented ; 9. The large numbers of the Esquimaux, their boldness in coming, 800 strong, as far as the bay of Phélippeaux, the muskets, pistols, swivel-guns and boats which they have, the Frenchmen who are with them, their incursions, ravages, the peltries they have secured, which are bound to increase unless they are stopped, are all so many things which tend to show that it is of the utmost importance to take action against them at the earliest possible moment. either by the establishment of the three posts above referred to, particularly that of the district of Belleisle through which these Esquimaux travel and where there should be a few armed brigantines to intercept them at this pass, or by taking the necessary means to civilize them and make them the friends of the French ; 10. The vigilance and gallantry displayed by M. de Courtemanche in opposing himself to a fleet of some 800 Indians and putting them to flight are well worth some recognition, at least a few presents ; a man who is willing, for the service of the State, to live, practically alone, in an uninhabited country like Labrador, is almost priceless.

[1927lab]



Partnered Projects Government and Politics - Table of Contents Site Map Search Heritage Web Site Home