p. 3580

convint qu'un homme de ce caractère n' était pas propre dans de nouveaux établissements et lui promit qu'il ne le reverrait plus dans le sien cependant il prétend y revenir y être indépendant.
NOTA : Le conseil a accordé l'année dernière une concession au dit Constantin sur l'avis de M. de Vaudreuil qui a représenté que cet homme a été le premier à Labrador et y avait mené le sieur de Courtemanche.
Son mari ne demanderait pas mieux que de voir des familles s'établir dans son quartier, mais le bois si nécessaire pour la pêche y est si rare qu'il n'a pu se dispenser de faire sur cela ses remontrances qui sont sincères et n'ont pour but que l'avantage de la pêche.
Elle représente que l'expérience a fait connaître combien la morue est abondante dans les différents ports de cette côte, il ne reste qu'à mettre les pêcheurs à l'abri des surprises des esquimaux ce qui se peut faire par le moyen d'un fort qu'il faudrait bâtir, comme son mari l'a proposé à M. de Vaudreuil au dessous de Belisle, un officier et douze hommes suffiraient pour le garder ; son mari en aurait fait la dépense s'il n'était pas épuisé par celle de son établissement de sorte qu'il n'a pas peu de peine de fournir à l'entretien du fort qu'il garde.
Il lui est dû 3 années d'appointements et une avance de plus de 2000 au sujet des canots qu'il envoya à Québec pour donner avis de l'entreprise des anglais sur le canada et ensuite de l'échouement de leur flotte (en marge est écrit : ses appointements sont employés sur l'état de Québec comme capitaine. Il a fait une pareille demande il y a deux ans, elle a été renvoyée à M. de Vaudreuil et Bégon pour lui faire rembourser cc qui se trouverait juste).



(Translation.)

Versailles two years ago. M. de Vaudreuil admitted that a man of such character was not fit to be in newly formed establishments and he promised that he would see him no more in his own ; nevertheless he means to return there and be independent.
Note.—Last year [31 March, 1716] the Council granted a concession to the said Constantin, upon the advice of M. de Vaudreuil who represented this man as being the first to have gone to Labrador and that he had taken the Sieur de Courtemanche to that place.
Her husband is only too desirous of having families settle in his district, but the timber, so necessary for the fisheries, is so scarce that he could not help but voice his grievances on this score, and he did so in sincerity and with no other motive than the interest of the fisheries.
She represents that, from experience, it has been ascertained that the cod fishery is abundant in the several harbours of this coast. It only remains to insure the protection of the fishermen against the attacks of the Esquimaux, which can be accomplished, as her husband has suggested by M. de Vaudreuil, by the erection of a fort which would be guarded by an officer and twelve men ; her husband would have borne the cost of the same but for the fact that his resources were depleted as a result of the expenses incurred for his own establishment ; consequently he experiences no little difficulty in providing for the upkeep of the fort he is maintaining.
There is owing to him three years salary and an advance of over 2000 livres for canoes sent by him to Quebec in order to give warning of the attempt of the English against Canada and of the subsequent stranding of their fleet (a marginal note reads : His salary figures in the Quebec statement as that of a captain. Two years ago a similar demand was made by him and his claim was referred to MM. de Vaudreuil and Begon so that he might be reimbursed with what might be deemed fair).

p. 3581

Elle supplie le conseil d'ordonner que cette somme et les appointements de son mari lui soient payés pour la mettre en état de régler ses affaires et de lui porter les vivres et munitions nécessaires pour l'entretien de son poste. Elle représente que ces vivres sont très utiles aux pêcheurs qui font naufrage comme il est arrivé le printemps dernier à un navire normand de 58 hommes d'équipage qui a péri dans les glaces à 40 lieues au large et dont l'équipage s'est sauvé au poste de son mari et y a été nourri de ses vivres, il serait à propos qu'il en eut pour ces cas imprévus et pour la garnison qu'il demande une quantité plus forte que celle dont il est én état de faire provision, il lui faudrait aussi de la poudre et des balles pour se défendre des esquimaux. Elle ajoute que son mari a écrit du 11 Octobre dernier que ces sauvages sont venus à une lieue de son fort et ont brulé toutes les cabanes et ustensiles que les pêcheurs partis pour France y avaient laissés, il les a poursuivis inutilement pendant six jours par mer et par terre, ce succès les fera revenir les années suivantes si on ne les arrête par le poste proposé ;
Observation : On pourrait renvoyer cette demande pour l'établissement d'un nouveau poste à M. de Vaudreuil.
En marge est écrit : Renvoyer A Messieurs de Vaudreuil et Begon tant pour l'établissement qu'il propose que pour ce qui peut lui être du afin d'avoir son avis. Demander à la D.e De courtemanche de quelle quantité de vivres elle a besoin et à quelle condition.
Fait et arrêté par le conseil de marine le 23 Février 1717.

Signe : L. A. DE BOURBON.
Le Maréchal d'ESTRÉES.
Par le conseil : Signé LACHAPELLE.


(Translation.)

She begs of the Council that such sum and her husband's salary be ordered to be paid to her so as to enable her to settle his affairs and take to him such provisions and ammunition as are required for the maintenance of his post. She submits that these provisions are most useful for the fishermen in distress, as it happened last spring in the case of a Norman vessel, with a crew of 58 men, which was lost 40 leagues in the open sea. The members of the crew, having taken refuge at her husband's post, were fed out of his provisions. It is desirable that he should have some [provisions] to meet with such contingencies, as well as for the garrison, the latter requiring a larger quantity than his situation enables him to lay in. He should also have powder and shot to protect himself against the Esquimaux. She further says that her husband has written, on the 11th October last [1715], stating that these Indians had come within a league of his fort and had burnt all the huts and utensils left there by the fishermen who had returned to France. He had chased them for six days by land and sea, but unsuccessfully. Emboldened by this success, they will return in the coming years, unless they are stopped by the proposed fort.
Remark: This application for the establishment of a new post might be referred to M. de Vaudreuil.
Written in the margin : To be referred to Messrs. de Vaudreuil and Begon for their opinion both as to the establishment suggested and as to what may be due to him. Inquire from the Dame de Courtemanche as to what quantity of provisions she requires and upon what terms.
Approved by the Conseil de Marine, on the 23rd February, 1717.

Signed : L. A. DE BOURBON.
Marshal d'ESTREES.
By the Council : Signed LACHAPELLE.

[1927lab]



Partnered Projects Government and Politics - Table of Contents Site Map Search Heritage Web Site Home