p. 3332
C

No. 1285.

LETTER, 25 SEPTEMBER, 1749, BIGOT TO MINISTER, re LEASE OF DOMAINE DU ROY TO WIDOW FORNEL.


ARCHIVES OF CANADA. SERIES C 11, VOL. 93, p. 259.

A Quebec le 25 Septembre 1749
Monseigneur,
Nous avons eu l'honneur de vous marquer en commun que nous avions expedié la concession de la baie des Esquimaux à la veuve Fornel Il est heureux qu'elle ait voulu continuer cette découverte qui ne peut qu'être tres avantageuse à la colonie, étant important pour nous d'occuper cette baie dont les Anglois se seroient emparés par la suite, elle y a envoyé cette année. Cette méme veuve m'a demandé la ferme de Tadoussac à raison de sept mille livres. J'ai trouvé ce prix si avantageux pour le Roy que je n'ai pas hésité un moment à la lui donner pour six ans aux mêmes conditions de l'ancien bail.
J'ai agi en conséquence des ordres et de la permission que M. le Comte de Maurepas avait donnés à M. Hocquart en 1745, 46 et 48 de passer un nouveau bail pour cette forme et qu'il le laissait le maitre des conditions.
Il était temps d'en ôter la régie à M. Cugnet, le Roy ne s'en serait pas trouvé. bien. Il n'a pas encore rendu son compte de régie de 1747.



(Translation.)

Monseigneur,
We have the honour to inform you that we have drawn up the concession of the Baye des Esquimaux in favour of the widow Fornel. It is fortunate that she was willing to continue this discovery which can only benefit the colony, it being important that we should occupy this bay which the British would certainly have taken hold of eventually ; she is sending an expedition there this year. The same widow has requested of me the Ferme de Tadoussac for seven thousand livres. I considered this price so advantageous for the King that I did not hesitate a single moment to grant it to her for six years under the same conditions as set forth in the former lease.
I have acted according to the orders and the permission given in 1745, 1746 and 1748 by the Count de Maurepas to M. Hocquart, to grant a new lease for this ferme, the conditions being left to his discretion.
The time had come to take the management of the same from Mr. Cugnet, as it would have

p. 3333

Il a toujours quelques raisons qui l'en empêchent et insensiblement ses dettes s'accumuleraient envers sa Majesté. Il a retiré considérablement de la poste je le sais à n'en pas douter et il ne paie aucun de ses créanciers, et il n'est pas possible qu'il n'ait pas fait passer ses fonds en France.
Apres l'expiration de la concession de la baie des Esquimaux que la dite veuve a pour douze ans, il conviendra de la joindre au domaine du Roy, elle sera pour lors établie et sa Majesté pourra y envoyer au lieu que si elle l'eut été à ses dépens, il lui en aurait couté des sommes et on n'y aurait peut-être pas réussi.
La veuve Fournel a une compagnie et c'est ce qui convient le mieux pour les nouveaux établissements, étant plus en état de faire les avances et je suis persuade qu'il ne manquera de quoi que ce soit au poste de Tadoussac et que le Roy sera bien payé chaque année.
Elle se prépare a faire les envois nécessaires pour l'année prochaine ; je n'en ai pas encore averti le Sr Cugnet voulant voir ce que je pourrai faire saisir dans ce poste et dans le produit pour la sureté des deniers du Roy.

J'ai l'honneur d'être avec un profond respect, Monseigneur, votre três-humble et trés obéissant serviteur.
BIGOT.



(Translation.)

prejudiced the King. He has not, as yet, given an account of the management for 1747. He always has reasons preventing from so doing and his debts to His Majesty gradually would accumulate. He has drawn a good deal from the post, and that I know positively and he pays none of his creditors, and he surely must have transferred his funds in France.
Upon the expiration of the concession of the Baye des Esquimaux which the said widow holds for twelve years, it will be expedient to reunite the same to the Domaine du Roy ; it would then be established and His Majesty could send thereto : while, should it have been settled at his expense, it would have entailed heavy expenditures ; besides the venture might have met with failure.
The widow Fornel has a company and this is the most suitable for the new establishments, they being in a position to make all advances and I am satisfied that there will be nothing lacking at the post of Tadoussac and that the King will be paid regularly every year.
She is getting ready to make the necessary shipments for the coming year; I have not yet advised the Sieur Cugnet, as f wish to ascertain what may be seized in this post and from its returns as security for the King's dues.

I have the honour to be, with the deepest respect, Monseigneur, your most humble and obedient servant,
BIGOT.

[1927lab]


Partnered Projects Government and Politics - Table of Contents Site Map Search Heritage Web Site Home