p. 3290

9 JUILLET 1743.

Les vents S'etant rangés au Sud-Est quart de Sud sur les deux heures de relevé nous avons continué route pour sortir des dtes mille Isles, dont L'Etendu nous a paru Estre d'Environ vingt cinq Lieues de route tres difficile, d'ou nous ne sommes sortis que par Le secours de nos Sauvages, Et nous sommes Entrés dans L'ance de La riviére [sic.] au Sable, ainsy nommé par Les Sauvages à cause de La quantité de sable qu'il y a : au fon de Laquelle ance est une riviére [sic.] du mesme nom dont nous avons entendu en passant le bruit de la chûte. Cette riviere suivant le rapport des Sauvages est poissonneuse : Et abondante en Saumons. depuis cette riviere le terrain est bas Et couvert de bois de sapin, et autres bois gommeux, En allant au Nord Le tour de l'ance est rempli d'un grand nombre d'Isles qui sont Le Long de la terre, ce qui forme cette ance qu'on pourroit nommer baye est une presqu'Isle : du Costé du Sud, Laquelle avance beaucoup dans Le Large, Et joint par l'autre bout à la terre ferme. c'est par cette pointe que Les Eskimaux font le portage de Leurs canots. cette presqu'Isle fait une pointe avancée dans Le Large Laquelle est fort difficile à doubler.

10 JUILLET 1743.

Quoy que Les vents Soyent de prés nous aurions neanmoins marché En route, Et sur les onze heures nous aurions aperçu devant nous une pointe dans le large que les Sauvages nous ont dit former L'Entrée de La baye des



(Translation.)

9 JULY, 1743.

The wind having veered to south-west quarter south, at about two o'clock in the afternoon, we pursued our course to emerge from the Mille isles, which seemed to us to be about twenty-five leagues of very difficult navigation. It was only with the assistance of our Indians that we left them, and we entered Rivière au Sable inlet1 , so called by the Indians because of the quantity of sand found in it. At the end of that inlet, lies a river of the same name, the falls,2 of which we heard in passing. This river, according to the report of the Indians, is full of fish and abounds with salmon. From this river, the land is low and covered with pines (spruce) and other resinous woods. Sailing northwardly, there are a great number of islands along the shore of the inlet. This inlet, which we might call a bay, is formed by a peninsula on the south side, which juts out a long way and connects at the other end with the mainland. The Esquimaux avoid that point by portaging their canoes. This peninsula projects into the open sea and is very difficult to double.

10 JULY, 1743.

Although the wind was still strong, nevertheless, we made headway, and, about eleven o'clock, we saw ahead of us a point of land which, the Indians told us, formed the entrance of Esquimaux


1Sandwich bay.
2The falls identify the rivière an Sable with our present Eagle river. The falls near the mouth of Eagle river are 40 feet high.

p. 3291

Eskimaux que Les Les Sauvages nomment Kessessakiou, apres avoir passé L'ance de La riviere aux Sables dont nos Pilotes ont Estimé la longueur d'Environ vingt Lieues, sur les deux heures apres midy nous aurions doublé la de pointe dont les terres sont basses Et nous serions entré dans la de Baye des Eskimaux, dont L'Embouchure d'une pointe à l'autre nous a paru estre d'Environ douze Lieue de Large, Laquelle baye retracit dans la suite a huit Et neuf Lieues Et va en diminuant peu a peu, au Large de laquelle pointe d'Entrée au sud sont deux Isles tres hautes, L'une grande, L'autre mediocre, apres avoir examiné L'embouchure de la de baye cy devant nomée des Eskimaux, Et par Les Sauvages Kessessakiou, nous Luy avons donné Le nom de baye St. Louis : Et nous avons nommé St. frederic Les deux grandes Isles d'entrée. nous avons apelé pointe de Beauharnois celle qui forme au Sud L'Entrée de La de baye dont L'autre pointe du Costé du nord a été nommé pointe de St. Gilles.
Ensuite nous avons fait route pour Entrer dans la de baye, qui court dans les terres ouest-nord-ouest, au sud de laquelle à quelque distance de terre nous avons trouvé douze et quinze brasses d'eau ainsy cette baye peut estre utile pour donner havre a de tres gros vaisseaux. Nous sommes Entrés dix Lieues avant dans cette baye a la faveur des vents de Sud-Est quart d'Est Et Sur Les dix heures du soir qui est L'heure à laquelle Le soleil se couche, Les vents s'etant jettés au Nord-Nord-Quest il nous a fallu mouiller à six brasses d'eau Entre Les Isles, Et terre au Nord Et au Sud de La de baye depuis Son Entrée il y a des Isles Et Ilots Le Long de la terre qui continue d'etre boisée a L'Egard de La Latitude n'ayant point de Pilote pour prendre hauteur nous ne la pouvons pas donner juste. suivant Le Coucher du Soleil qui est a dix heures du soir au Commencement de Juillet, L'on Estime que cette baye doit



(Translation.)

bay, or Kessessakiou, as they call it. Having passed Rivière aux Sables inlet—the length of which our pilots estimated at approximately twenty leagues—about two o'clock in the afternoon, we doubled the said point of low-lying land and entered Esquimaux bay. The entrance to it, from one point to the other, seemed to be about twelve leagues in width, afterwards, narrowing to eight or nine leagues, and gradually decreasing. South of this point at the entrance, lie two very high islands, one large, and the other rather small. Having explored the mouth of the said bay, heretofore called Esquimaux, and, by the Indians. Pessessakiou, we called it St. Louis bay ; we gave the name of St. Frederic to the two large islands at the entrance. The one forming the southern entrance of the bay we called pointe de Beauharnois, the other point, on the north side, has been called St. Gilles point.
We then steered the course to enter the said bay, which runs inland west-north-west. In the southern part of it, at some distance from land, we found twelve and fifteen fathoms of water, so this bay may harbour very large vessels. We sailed ten leagues into this bay with the help of south-east quarter east winds, arriving at about ten o'clock in the evening, the hour of sun-set. The wind having veered to the north-north-west, we had to anchor in six fathoms of water between the islands and shore. Northwest and south of the said bay from its entrance are islands and islets along the land which is forested. As regards the latitude, not having a pilot to take observations, we cannot give it exactly. According to sun-set, which is at ten o'clock in the evening at the beginning of July, it is estimated that this bay must be between 55 and 56 degrees of north

p. 3292

estre par Les 55 Et 56 degrés Latitude Nord Les Sauvages que j'ay Emmené nous ont dit qu'il entra il y a deux ans dans cette baye deux gros navires anglois ce ne pent etre que Les deux vaisseaux Anglois qui vont tous Les ans a la baye d'hudson. Les mesmes Sauvages nous ont assuré qu'au Nord de La pointe St. Gilles, sans pouvoir nous en marquer La distance, Etoit Le grand village des Eskimaux qu'ils disent Etre en grand nombre à L'Embouchure de La riviere blanche, qu'ils disent etre un bras de cello de Kessessakiou que nous nommons Riviere St Louis du nom de La baye ou Elle se decharge, Et ils assurent que cette mesme riviere St. Louis a une autre branche à la hauteur des terres qui va tomber dans la baye d'hudson par laquelle Les Sauvages descendent En Canot pour aller traiter avec Les Anglois.

11 JUILLET 1743.

Etant resté tout Le jour mouillé à cause des Vents contraires nous serions descendu a terre ; Et sur une Eminence nous aurions planté deux grandes Croix aux pieds desquelles étant à genoux nous aurions chanté plusieurs cantiques, Et hymnes en action de graces de notre heureuse arrivée Et au mesme Lieu nous aurions arboré Le Pavilion françois En criant à diverses reprises Vive Le Roy pour marquer de La prise de possession que nous faisions au nom du Roy, Et de la nation française d'une terre qui n'auroit Encore jamais été habitée par aucune nation, Et dont nous sommes Les premiers qui en prenons possession.



(Translation.)

latitude. The Indians whom I took away told us that, two years ago, two English vessels entered that bay. These must be the two English vessels which go every year to Hudson bay. The same Indians assured us that north of St. Gilles point, without being able to give us the distance, was the big village of Esquimaux, who, they say, are in great numbers at the mouth of river Blanche.1 They say that this river is a branch of the Kessessakiou river, which we called St. Louis river after the name of the bay into which it discharges, and they assured that this same river St. Louis has another branch at the height-of-land, which falls into Hudson bay, and which the Indians descend in canoes to trade with the English.

11 JULY, 1743.

Being anchored all day on account of contrary winds, we landed and erected two large crosses on a hill at the foot of which we knelt down and sung many psalms and hymns thanking God for our successful arrival. At the same time, we raised the French flag, shouting repeatedly “ Long live the King,” to demonstrate that we were taking possession in the name of the King and of the French nation, of a land never before occupied by any nation, and of which we were the first to take possession.


1Probably Mokkovik river.

p. 3293

J'aurois souhaité n'ayant plus aucun danger à Essuyer penetrer jusqu'au fond de La baye St Louis afin d'etre en Etat d'en rendre compte, Et de voir La decharge de la Riviere St Louis, Mais comme Le temps nous pressoit de nous en retourner nous voyant d'ailleurs contrariés par les vents, J'aurois proposé au nommé Pilote, Et à son fils de rester avec Les Sauvages dont il entend La Langue, Et avec Lesquels il est accoutumé d'hyverner dans les bois pour aller reconnoître Le fond de la de baye St-Louis, comme aussy pour aller decouvrir Les deux bras de La de Riviere St. Louis, L'un qui va à la baie d'hudson, Et L'autre au grand Village des Eskimaux suivant Le report des Sauvages qui ne mettent que douze Lieues de distance de La pointe St. gilles. Etant convenu aver Le dt Pilote Et son fils d'une somme pour Leur hyvernement je leur aurois fourni un Canot d'Ecorce, des Vivres, des armes, des munitions de guerre, de Chasse. Et autres effets necessaires.
Les Sauvages an Hombre de cinq à six families ayant consenti de rester avec Le dt Pilote je Leur aurois fait Les mesmes fournitures, Et Leur aurois donné En present des habillemens des Couvertures Et autres effets taut pour. La Chasse que pour La pesche. En quittant Le dt Pilote Et son fils je Leur aurois recommandé de ne pas S'exposer Le Long de la mer à cause des Eskimaux, Et je leur aurois promis sous le bon plaisir de M. Le Gouverneur General et de M. L'Intendant de Leur envoyer du secours dés cet automne.
Ensuite nous étant remibarqués nous aurions fait voile le dt jour douze Juillet à une heure apres midy pour nous en retourner au detroit de Bel Isle. Les vents s'etant rangés à L'Est nous aurions courru bord sur bord pour sortir de la de baye St Louis. Comme Les courans nous jettoient en Coste nous aurions touché deux fois En dedans de la pointe Beauharnois, d'ou nous nous



(Translation.)

12 July, 1743.

Having no more perils to encounter, I would have preferred to penetrate to the end of the bay St. Louis, so as to be able to describe it, and see the inlet of the river St. Louis. But, as the time for our return was pressing, and as the winds were contrary, I proposed that a man named Pilote and his son remain with the Indians whose language he understands, and with whom he is accustomed to winter in the forest, in order to explore the end of bay St. Louis, as well as discover the two branches of said river St. Louis, the one going to Hudson bay, and the other to the big village of Esquimaux, according to the report of Indians who estimate that it is only twelve leagues distant from St. Gilles point. Having agreed with the said Pilote and his son for the payment of a certain sum for their wintering, I supplied them with a birch-bark canoe, provisions, arms, munitions of war, for hunting, and other necessary goods.
The Indians, to the number of five or six families, agreed to remain with Pilote. I left them the same supplies and gave them clothing, blankets, and other articles for fishing and hunting. When I left Pilote and his son, I. recommended them not to expose themselves on the sea-shore for fear of the Esquimaux, and, subject to the approval of the Governor General and the Intendant, I promised to send them assistance in the fall.
Having then re-embarked, we sailed on the twelveth of July, at one o'clock in the afternoon, to return to Belleisle strait. The wind having veered to the east, we made tack for tack to leave


p. 3294

serions heureusement relevé par Le moyen d'un ancre porté au Large. Et sur Les dix heures du soir nous aurions mouillé à la Pointe de Beauharnois, Entre Les Isles et terre.

13 JUILLET 1743.

A Sept heures du matin nous avons Levé l'ancre Et à la faveur des vents de nord nous avons depassé la pointe Beauharnois. Et apres avoir heureusement traversé La grande ance de La riviere au sable avec les Vents de Nord-Ouest malgré La brume Et La pluye apres avoir doublé La pointe de La presqu'Isle nous Sommes Entrés dans Les mille Isles â minuit Les vents étant contraires nous avons jetté L'ancre.

14 JUILLET 1743.

Nous avons mis à la voile avec Les vents de sud-ouest Et ouest-Sud-ouest, Et aprés avoir courru plusieurs bords avec Les vents qui ont été variables à midy avant les vents debout nous avons mouillé dans les dtes Isles à huit brasses d'eau. Le reste du jour nous avons Eu de la pluye et du calme toute la nuit.

15 JUILLET 1743.

Nous avons apareillé avec Les vents au sud-ouest, nous avons fait plusieurs bordées dans les dtes Isles, Enfin nous avons jetté L'ancre à midy. Une heure aprés Les vents au Nord-Ouest nous avons Continué route, Et nous Sommes



(Translation.)

the said bay St. Louis. As the current drove us ashore, we grounded twice within Beauharnois point, but happily righted the vessel by means of an anchor carried out, and, at about ten o'clock in the evening, we anchored at Beauharnois point between the islands and shore.

13 JULY, 1743.

At seven o'clock in the morning, we weighed anchor, and, with the assistance of a north wind, we passed Beauharnois point, and, having successfully passed the big rivière au Sable inlet, with a north-west wind, in spite of fog and rain, and having doubled the point of the peninsula, we entered the Mille isles (Thousand islands) at midnight. Contrary winds compelled us to anchor.

14 JULY, 1743.

We set sail with south-west and west-south-west winds, and, after many tacks, with variable winds at noon and a head-wind we anchored in the said islands in eight fathoms of water. We had rain the remainder of the day and calm all night.

15 JULY, 1743.

We sailed with a south-west wind, made many tacks among the islands, and, finally, anchored at noon. One hour later, the wind being north-west, we pursued our course and emerged from

[1927lab]



Partnered Projects Government and Politics - Table of Contents Site Map Search Heritage Web Site Home