p. 2966
C

(B) AUTHORITIES IN SUPPORT OF SECTION II OF THE HISTORICAL SKETCH.



No. 1153.

CHAMPLAIN'S PROPOSALS FOR THE CONVERSION OF THE INDIANS.



OEUVRES DE CHAMPLAIN PAR L'ABBE C. H. LAVERDIÈRE (1870),      Tome iv, p. 483.    Dedication of Voyage of 1615.

SIRE,
Voicy un troisiesme liure contenant le discours de ce qui s'est passé de plus remarquable aux voyages par moy faits en la nouuelle France, à la lecture duquel i'estime que V.M. prendra un plus grand plaisir qu'aux precedents, d'autant qu'iceux ne designent rien que les ports, haures, scituations, declinaisons, & autres matieres plus propres aux Nautonniers, & Mariniers, que non pas aux autres. En celuy-cy vous y pourrez remarquer plus particulierement les moeurs & façons de vivre de ces peuples, tant en particulier que general, leurs guerres, munitions, façons d'assaillir, & se deffendre, leurs expeditions, retraicte en plusieurs particularitez, seruant à contenter un esprit curieux ; Et comme ils ne sont point tant sauuages, qu'avec le temps, & la frequentation d'un peuple civilizé, ils ne puissent estre rendus polis : Vous y verrés pareillement quelle & combien grande est l'esperance que nous auons de tant de longs & penibles trauaux que depuis quinze ans nous soustenons, pour planter en ce païs l'estendart de la Croix, & leur enseigner la cognoissance de Dieu, & gloire de son Sainct Nom, estant nostre desir d'augmenter la Charité enuers ses miserables Creatures, qui nous conuient supporter patiemment plus qu'aucune autre chose , & encore que plusieurs n'ayent pas pareil dessein, ains que l'on puisse dire que le desir du gain est ce qui les y pousse : Neantmoins on peut probablement croire que ce sont des moyens dont Dieu se sert pour plus faciliter le sainct desir des autres : Que si les fruicts que les arbres portent sont de Dieu, à celuy qui est Seigneur du Sol, où ils sont plantez, & qui les a arrousez, & entretenus, auec un soing particulier, V.M. se peut dire legitime Seigneur de nos trauaux, & du bein qui en reüssira, non seulement pour ce que la terre vous en appartient, mais aussi pour nous auoir protegé contre tant de sortes de personnes qui n'auoyent autre desseing qu'en nous troublant empescher qu'une si saincte deliberation ne peust reüssir & nous ostant la permission de pouuoir librement


p. 2967

negotier, en partie de ses païs, & mettre le tout en confusion, qui seroit en un mot tracer le chemin pour tout perdre, au preiudice de vostre estat, vos suiects ayant employé à cét effect tous les artifices dont il se sont peu aduiser, & tous les moyens qu'ils ont creu nous y pouvoir nuire, qui tous ont esté leués par V.M. assistée de son prudent Conseil, nous authorisant de son nom, & soustenants par ses arrests qu'elle a rendus à nostre faveur. C'est un occasion pour accroistre en nous le desir qu'auons dés long-temps d'enuoyer des peuplades & colonnies par delà, pour leur enseigner auec la cognoissance de Dieu, la gloire & les triomphes de V.M. de faire en sorte qu'auec la langue Françoise ils consoiuent aussi un coeur, & courage françoise, lequel ne respirera rien tant aprés la crainte de dieu, que le desir qu'ils auront de vous seruir : Que si nostre desseing reüssit, la gloire en sera premierement à Dieu, puis à V.M. qui outre mille benedictions qu'elle en reçeura du Ciel, en recompense de tant d'ames ausquelles elle en donnera par ce moyen l'entrée, son nom en sera immortalisé pour auoir poeté la gloire, & le sceptre des François, autant en Occident que vos deuanciers l'ont estendu en Orrient, & par toute le terre habitable : ce sera augmenter la qualitié des Tres-Chrestien qui vous appartient par dessus tous les Rois de la terre, & montrer qu'elle vous est autant deuë par merite, comme elle vous est propre de droit, ayant esté transmise par vos predecesseurs depuis qu'ils se l'acquirent par leurs vertus, d'auoir voulu embrasser auec tant d'autres importans affaires le soing de celle-cy grandement negligée par cy-deuant, estant une grace specialle de Dieu d'auoir voulu reseruer sous vostre regne l'ouuerture de la prediction de son Euangille, & la cognoissance de son Saint Nom à tant de nations qui n'en auoient iamais oüy parler, qu'on iour Dieu leur fera la grace, comme nous, de le prier incessamment qu'il accroisse son empire, & donne mille bendictions à vostre Maiesté.
                         SIRE,
Votre tres-humble, tres-fidelle & obeïssant,
seruiteur & subiect,
CHAMPLAIN.

[1927lab]


Partnered Projects Government and Politics - Table of Contents Site Map Search Heritage Web Site Home