The Labrador Boundary


Privy Council Documents


Volume VI
Contents




[1603.]

Francois bien receus
par les Sauuages.

Harangue de l'vn
des Sauuages que
nous auions
remenez.

Harangue du grand
Sagamo.

Festin des Sauuages.



p. 2704
C


No. 1064.
DES SAVVAGES OV VOYAGE DV SIEVR DE CHAMPLAIN
FAICT EN L'AN 1603.



“ OEUVRES DE CHAMPLAIN,PAR L'ABBE C. H. LAVERDIERE (1870), TOME II.

CHAPITRE II.
Le 27. iour, nous fusmes trouuer les Sauuages à la poincte de Sainct Matthieu, qui est à vne lieuë de Tadousac, auec les deux sauuages que mena le Sieur du Pont, pour faire le rapport de ce qu'ils auoient veu en France, & de la bonne reception que leur auoit fait le Roy. Ayans mis pied à terre, nous fusmes à la cabanne de leur grand Sagamo, qui s'appelle Anadabijou, où nous le trouuasmes auec quelque quatre-vingts ou cent de ses compagnons qui faisoient tabagie (qui vent dire festin), lequel nous receut fort bien selon la coustume du pays, & nous feit asseoir auprés de luy, & tous les sauuages arrangez les vns auprés des autres des deux costez de la ditte cabanne. L'vn des sauuages que nous auions amené commença a faire sa harangue de la bonne reception que leur auoit fait le Roy, & le bon traictement qu'ils auoient receu en France, & qu'ils s'asseurassent que saditte Maiesté leur voulloit du bien, & desiroit peupler leur terre, & faire paix auec leurs ennemis (qui sont les Irocois), ou leur enuoyer des forces pour les vaincre: en leur comptant aussy les beaux chasteaux, palais, maisons & peuples qu'ils auoient veus, & nostre façon de viure. I1 fut entendu auec vn silence si grand qu'il ne se peut dire de plus. Or, aprés qu'il eut acheué sa harangue, ledict grand Sagamo Anadabijou l'ayant attentiuement ouy, il commença a prendre du Petun, & en donner audict Sieur du Pont-Graué de Sainct Maio & à moy, & à quelques autres Sagamos qui estoient auprés de luy. Ayant bien petunné, il commença à faire sa harangue a tous, parlant pozément, s'arrestant quelquefois vn peu, & puis reprenoit sa parolle en leur disant, que veritablement ils deuoient estre fort contents d'auoir saditte Maiesté pour grand amy. Ils respondirent tous d'vne voix: Ho, ho, ho, qui eft a dire ouy, ouy. Luy, continuant toufiours saditte harangue, dict qu'il estoit fort aise que saditte Maiesté peuplast leur terre, & fist la guerre à leurs ennemis; qu'il n'y auoit nation au monde à qui ils voullussent plus de bien qu'aux François: Enfin il leur fit entendre à tous le bien & l'vtilite qu'ils pourroient receuoir de saditte Maiesté. Aprés qu'il eut acheué sa harangue, nous sortismes de la cabanne, & eux commencerent à faire leur tabagie ou festin.

[1927lab]


Partnered Projects Government and Politics - Table of Contents Site Map Search Heritage Web Site Home