p. 20

Inclosure 2.

Convention signed at London, April 8, 1904.

    HIS Majesty the King of the United Kingdom of Great Britain and Ireland and of the British Dominions beyond the Seas, Emperor of India, and the President of the French Republic, having resolved to put an end, by a friendly Arrangement, to the difficulties which have arisen in Newfoundland, have decided to conclude a Convention to that effect, and have named as their respective Plenipotentiaries:
    His Majesty the King of the United Kingdom of Great Britain. and Ireland and of the British Dominions beyond the Seas, Emperor of India, the Most Honourable Henry Charles Keith Petty-Fitzmaurice, Marquess of Lansdowne, His Majesty's Principal Secretary of State for Foreign Affairs; and

    The President of the French Republic, his Excellency Monsieur Paul Cambon, Ambassador of the French Republic at the Court of His Majesty the King of the United Kingdom of Great Britain and Ireland and of the British Dominions beyond the Seas, Emperor of India;
    Who, after having communicated to each other their full powers, found in good and due form, have agreed as follows, subject to the approval of their respective Parliaments:—

    SA Majesté le Roi du Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et d'Iriande et des Territoires Britanniques au delà des Mers, Empereur des Indies, et le President de la Republique Française, ayant résolu de mettre fin, par un arrangement amiable, aux difficultés survenues à Terre-Neuve, ont décidé de conclure une Convention à cet effet, et ont nommé pour leurs Plénipotentiaires respectifs:
    Sa Majesté le Roi du Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et d'Irlande et des Territoires Britanniques au delà des Mers, Empereur des Lades, le Très Honorable Henry Charles Keith Petty-Fitzmaurice, Marquis de Lansdowne, Principal Secrétaire d'État de Sa Majesté au Département des Affaires Étrangères; et
    Le Président de la République Française, son Excellence Monsieur Paul Cambon, Ambassadeur de la Republique Française près Sa Majesté le Roi du Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et d'Irlande et des Territoires Britanniques au delà des Mers, Empereur des Indes;
    Lesquels, après s'être communiqué leurs pleins pouvoirs, trouvés en bonne et due forme, sont convenus de ce qui suit, sous reserve de l'approbation de leurs Parlements respectifs:—

ARTICLE I.

    France renounces the privileges established to her advantage by Article XIII of the Treaty of Utrecht, and confirmed or modified by subsequent provisions.

ARTICLE II.

    France retains for her citizens, on a footing of equality with British subjects, the right of fishing in the territorial waters on that portion of the coast of Newfoundland comprised between Cape St. John and Cape Ray, passing by the north; this right shall be exercised during the usual fishing season closing for all persons on the 20th October of each year.
ARTICLE I.

    La France renonce aux privilèges établis à son profit par l'Article XIII du Traité d'Utrecht, et confirmés ou modifiés par des dispositions postérieures.

ARTICLE II.

    La France conserve pour ses ressortissants, sur le pied d'égalité avec les sujets Britanniques, le droit de pêche dans les eaux territoriales sur la partie de la côte de Terre-Neuve comprise entre le Cap Saint-Jean et le Cap Raye en passant par le nord; ce droit s'exercera pendant la saison habituelle de pêche finissant pour tout le monde le 20 Octobre de chaque année.

p. 21

    The French may therefore fish there for every kind of fish, including bait and also shell fish. They may enter any port or harbour on the said coast and may there obtain supplies or bait and shelter on the same conditions as the inhabitants of Newfoundland, but they will remain subject to the local Regulations in force; they may also fish at the mouths of the rivers, but without going beyond a straight line drawn between the two extremities of the banks, where the river enters the sea.



    They shall not make use of stake-nets or fixed engines without permission of the local authorities.

    On the above-mentioned portion of the coast, British subjects and French citizens shall be subject alike to the laws and Regulations now in force, or which may hereafter be passed for the establishment of a close time in regard to any particular kind of fish, or for the improvement of the fisheries. Notice of any fresh laws or Regulations shall be given to the Government of the French Republic three months before they come into operation.


    The policing of the fishing on the above-mentioned portion of the coast, and for prevention of illicit liquor traffic and smuggling of spirits, shall form the subject of Regulations drawn up in agreement by the two Governments.

ARTICLE III.

    A pecuniary indemnity shall be awarded by His Britannic Majesty's Government to the French citizens engaged in fishing or the preparation of fish on the “Treaty Shore,” who are obliged, either to abandon the establishments they possess there, or to give up their occupation, in consequence of the modification introduced by the present Convention into the existing state of affairs.
    This indemnity cannot be claimed by the parties interested unless they have been engaged in their business prior to the closing of the fishing season of 1903.
    Claims for indemnity shall be submitted to an Arbitral Tribunal composed of an officer of each nation, and, in the event of disagreement, of an umpire appointed in accordance with the procedure laid down by Article XXXII of The Hauge Convention. The details regulating the constitution of the Tribunal and the conditions of the inquiries to be instituted for the
    Les Français pourront done y pêcher toute espèce de poisson, y compris la boëtte, ainsi que les crustacés. Ils pourront entrer dans tout port ou havre de cette côte et s'y procurer des approvisionnements ou de la boëtte et s'y abriter dans les mêmes conditions que les habitants de Terre-Neuve, en restant soumis aux Règlements locaux en vigueur; ils pourront aussi pêcher à l'embouchure des rivières, sans toutefois pouvoir dépasser une ligne droite qui serait tirée de l'un à l'autre des points extrêmes du rivage entre lesquels la rivière se jette dans la mer.
    Ils devront s'abstenir de faire usage d'engins de pêche fixes (“stake-nets and fixed engines”) sans la permission des autorités locales.
    Sur la partie de la côte mentionnée ci-dessus, les Anglais et les Français seront soumis sur le pied d'égalité aux Lois et Règlements actuellement en vigueur ou qui seraient édictés, dans la suite, pour la prohibition, pendant un temps déterminé, de la pêche de certains poissons ou pour l'amélioration des pêcheries. Il sera donne connaissance au Gouvernement de la République Française des Lois et Règlements nouveaux, trois mois avant l'époque ou ceux-ci devront être appliqués.
    La police de la pêche sur la partie de la côte susmentionnée, ainsi que celle du trafic illicite des liqueurs et de la contrebande des alcools, feront l'objet d'un Règlement établi d'accord entre les deux Gouvernements.

ARTICLE III.

    Une indemnité pécuniair sera allouée par le Gouvernement de Sa Majesté Britannique aux citoyens Français se livrant à la pêche ou à la préparation du Poisson sur le “Treaty Shore,” qui seront obligés soit d'abandonner les établissements qu'ils y possèdent, soit de renoncer à leur industrie, par suite de la modification apportée par la présente Convention à l'état de choses actuel.
    Cette indemnité ne pourra être réclamée par les intéressés que s'ils ont exercé leur profession antérieurement à la clôture de la saison de pêche de 1903.
    Les demandes d'indemnité seront soumises à un Tribunal Arbitral composé d'un officier de chaque nation, et en cas de désaccord d'un sur-arbitre désigné suivant la procedure instituée par l'Article XXXII de la Convention de La Haye. Les details réglant la constitution du Tribunal et les conditions des enquêtes à ouvrir pour mettre les demandes en état


p. 22

purpose of substantiating the claims, shall form the subject of a special Agreement between the two Governments.

ARTICLE IV.

    His Britannic Majesty's Government, recognizing that, in addition to the indemnity referred to in the preceding Article, some territorial compensation is due to France in return for the surrender of her privilege in that part of the Island of Newfoundland referred to in Article II, agree with the Government of the French Republic to the provisions embodied in the following Articles:—

ARTICLE V.

    The present frontier between Senegambia and the English Colony of the Gambia shall be modified so as to give to France Yarbutenda and the lands and landing places belonging to that locality.

    In the event of the river not being open to maritime navigation up to that point, access shall be assured to the French Government at a point lower down on the River Gambia, which shall be recognized by mutual agreement as being accessible to merchant ships engaged in maritime navigation.
    The conditions which shall govern transit on the River Gambia and its tributaries, as well as the method of access to the point that may be reserved to France in accordance with the preceding paragraph, shall form the subject of future agreement between the two Governments.
    In any case, it is understood that these conditions shall be at least as favourable as those of the system instituted by application of the General Act of the African Conference of the 26th February, 1885, and of the Anglo-French Convention of the 14th June, 1898, to the English portion of the basin of the Niger.

ARTICLE VI.

    The group known as the Iles de Los, and situated opposit Konakry, is ceded by His Britantic Majesty to France.


ARTICLE VII.

    Persons born in the territories ceded to France by Articles V and VI of the
feront l'object d'un Arrangement spécial entre les deux Gouvernements.


ARTICLE IV.

    Le Gouvernement de Sa Majesté Britannique, reconnaissant qu'en outre de l'indemnité mentionnée dans l'Article précédent, une compensation territorial est due à la France pour l'abandon de son privilège sur la partie de l'Ile de Terre-Neuve visée à l'Article II, convient avec le Gouvernement de la République Française des dispositions qui font l'objet des Articles suivants:—

ARTICLE V.

    La frontière existant entre la Sénégambie et la Colonie Anglaise de la Gambie sera modifiée de manière à assurer à la France la possession de Yarboutenda et des terrains et points d'atterrissement appartenant à cette localité.
    Au cas où la navigation maritime ne pourrait s'exercer jusque-là, un accès sera assuré en aval au Gouvernement Français sur un point de la Rivière Gambie qui sera reconnu d'un commun accord comme étant accessible aux bâtiments marchands se livrant à la navigation maritime.

    Les conditions dans lesquelles seront réglés le transit sur la Rivière Gambie et ses affluents, ainsi que le mode d'accès au point qui viendrait à être réservé à la France, en exécution du paragraphe précédent, feront l'objet d'arrangements à concerter entre les deux Gouvernements.
    Il est, dans tour les cas, entendu que ces conditions seront au moins aussi favorables que celles du régime institué par application de l'Acte Général de la Conférence Africaine du 26 Février, 1885, et de la Convention Franco-Anglaise du 14 Juin, 1898, dans la partie Anglaise du bassin du Niger.


ARTICLE VI.

    Le groupe désigné sous le nom d'Iles de Los, et situé en face de Konakry, est cédé par Sa Majesté Britannique à la France.

ARTICLE VII.

    Les personnes nées sur les territories cédés à la France par les Articles V et VI

p. 23

present Convention may retain British nationality by means of an individual declaration to that effect, to be made before the proper authorities by themselves, or, in the case of children under age, by their parents or guardians.

    The period within which, the declaration of option referred to in the preceding paragraph must be made, shall be one year, dating from the day on which French authority shall be established over the territory in which the persons in question have been born.
    Native laws and customs now existing will, as far as possible, remain undisturbed.

    In the Iles de Los, for a period of thirty years from the date of exchange of the ratifications of the present Convention, British fishermen shall enjoy the same rights as French fishermen with regard to anchorage in all weathers, to taking in provisions and water, to making repairs, to transhipment of goods, to the sale of fish, and to the landing and drying of nets, provided always that they observe the conditions laid down in the French Laws and Regulations which may be in force there.






ARTICLE VIII.

    To the east of the Niger the following line shall be substituted for the boundary fixed between the French and British possessions by the Convention of the 14th June, 1898, subject to the modifications which may result from the stipulations introduced in the final paragraph of the present Article.
    Starting from the point on the left bank of the Niger laid down in Article IlI of the Convention of the 14th June, 1898, that is to say, the median line of the Dallul Mauri, the frontier shall be drawn along this median line until it meets the circumference of a circle drawn from the town of Sokoto as a centre, with a radius of 160,932 mètres (100 miles). Thence it shall follow the northern arc of this circle to a point situated 5 kilomètres south of the point of intersection of the above-mentioned arc of the circle with the route from Dosso to Matankari viâ Maourédé.
    Thence it shall be drawn in a direct line to a point 20 kilomètres north of Konni (Birni-N'Kouni), and then in a direct line to a point 15 kilomètres south of Maradi, and thence shall be continued in a direct line to the point of intersection of the parallel of 13° 20´ north latitude with a meridian passing 70 miles to the east of the second intersection of the 14th
de la présence Convention pourront conserver la nationalité Britannique moyennant une déclaration individuelle faite à cet effet devant l'autorité compétente par elles-mêmes, ou, dans le cas d'enfants mineurs, par leurs parents ou tuteurs.
    Le délai dans lequel devra se faire la declaration d'option prévue au paragraphe précédent sera d'un an à dater du jour de l'installation de l'autorité Française sur le territoire où seront nées les dites personnes.


    Les lois et coutumes indigènes actuellement en vigueur seront respectées autant que possible.
    Aux Iles de Los, et pendant une période de trente années à partir de l'échange des ratifications de la présente Convention, les pêcheurs Anglais bénéficieront en ce qui concerne le droit d'ancrage par tous les temps, d'approvisionnement et d'aiguade, de réparation, de transbordement de marchandises, de vente de poisson, de descente à terre et de séchage des filets, du même régime que les pêcheurs Français, sous réserve, toutefois, par eux de l'observation des prescriptions édictées dans les Lois et Règlements Français qui y seront en vigueur.


ARTICLE VIII.

    A l'est du Niger, et sous réserve des modifications que pourront y comporter les stipulations insérées au dernier paragraphe du présent Article, le tracé suivant sera substitué à la délimitation établie entre les possessions Françaises et Anglaises par la Convention du 14 Juin, 1898:—
    Partant du point sur la rive gauche du Niger indiqué à l'Article III de la Convention du 14 Juin, 1898, c'est-à-dire, la ligne médiane du Dallul-Maouri, la frontière suivra cette ligne médiane jusqu'à sa rencontre avec la circonférence d'un cercle décrit du centre de la ville de Sokoto avec un rayon de 160,932 mètres (100 milles). De ce point, elle suivra l'arc septentrional de ce cercle jusqu'à un point situé à 5 kilomètres au sud du point d'intersection avec le dit arc de cercle de la route de Dosso à Matankari par Maourédé.
    Elle gagnera de là, en ligne droite, un point situé à 20 kilomètres au nord de Konni (Birni-N'Kouni), puis de là, également en ligne droite, un point situé à 15 kilomètres au sud de Maradi, et rejoindra ensuite directement l'intersection du parallèle 13° 20´ de latitude nord avec un méridien passant à 70 milles à l'est de la seconde intersection du 14e degré de


p. 24

degree of north latitude and the northern arc of the above-mentioned circle.
    Thence the frontier shall follow in an easterly direction the parallel of 13° 20´ north latitude until it strikes the left bank of the River Komadugu Waubé (Komadougou Ouobé), the thalweg of which it will then follow to Lake Chad. But, if before meeting this river the frontier attains a distance of 5 kilomètres from the caravan route from Zinder to Yo, through Sua Kololua (Soua Kololoua), Adeber, and Kabi, the boundary shall then be traced at a distance of 5 kilomètres to the south of this route until it strikes the left bank of the River Komadugu Waubé (Komadougou Ouobé), it being nevertheless understood that, if the boundary thus drawn should happen to pass through a village, this village, with its lands, shall be assigned to the Government to which would fall the larger portion of the village and its lands. The boundary will then, as before, follow the thalweg of the said river to Lake Chad.
    Thence it will follow the degree of latitude passing through the thalweg of the mouth of the said river up to its intersection with the meridian running 35´ east of the centre of the town of Kouka, and will then follow this meridian southwards until it intersects the southern shore of Lake Chad.
    It is agreed, however, that, when the Commissioners of the two Governments at present engaged in delimiting the line laid down in Article IV of the Convention of the 14th June, 1898, return home and can be consulted, the two Governments will be prepared to consider any modifications of the above frontier line which may seem desirable for the purpose of determining the line of demarcation with greater accuracy. In order to avoid the inconvenience to either party which might result from the adoption of a line deviating from recognized and well-established frontiers, it is agreed that in those portions of the projected line where the frontier is not determined by the trade routes, regard shall be had to the present political divisions of the territories so that the tribes belonging to the territories of Tessaoua-Maradi and Zinder shall, as far as possible, be left to France, and those belonging to the territories of the British zone shall, as far as possible, be left to Great Britain.


    It is further agreed that, on Lake Chad, the frontier line shall, if necessary, be modified so as to assure to France a communication through open water at all seasons between her possessions on the north-west and those on the south-east of

latitude nord avec Pare septentrional du cercle précité.

    De là, la frontière suivra, vers l'est, le parallèle 13° 20´ de latitude nord jusqu'à sa rencontre avec la rive gauche de la Rivière Komadougou Ouobé (Komadugu Waube), dont elle suivra le thalweg jusqu'au Lac Tchad. Mais si, avant de rencontrer cette rivière, la frontière arrive à une distance de 5 kilomètres de la route de caravane de Zinder à Yo, par Soua Kololoua (Sua Kololua), Adeber, et Kabi, la frontière sera tracée à une distance de 5 kilomètres au sud de cette route jusqu'à sa rencontre avec la rive gauche de la Rivière Komadougou Ouobé (Komadugu Waube), étant toutefois entendu que si la frontière ainsi tracée venait à traverser un village, ce village, avec ses terrains, serait attribué au Gouvernement auquel se rattacherait la partie majeure du village et de ses terrains. Elle suivra ensuite, comme ci-dessus, le thalweg de la dite rivière jusqu'au Lac Tchad.

    De là elle suivra le degré de latitude passant par le thalweg de l'embouchure de la dite rivière jusqu'à son intersection avec le méridien passant à 35´ est du centre de la Ville de Kouka, puis ce méridien vers le sud jusqu'à son intersection avec la rive sud du Lac Tchad.

    Il est convenu, cependant, que lorsque les Commissaires des deux Gouvernements qui procèdent en ce moment à la délimitation de la ligne établie clans l'Article IV de la Convention du 14 Juin, 1898, seront revenus et pourront être consultés, les deux Gouvernements prendront en considération toute modification à la lignefrontière ci-dessus qui semblerait désirable pour déterminer la ligne de démarcation avec plus de précision. Afin d'éviter les inconvénients qui pourraient résulter de part et d'autre d'un tracé qui s'écarterait des frontières reconnues et bien constatées, il est convenu que, dans la partie du tracé où la frontière n'est pas déterminée par les routes commerciales, il sera tenu compte des divisions politiques actuelles des territoires, de façon à ce que les tribes relevant des territoires de Tessaoua-Maradi et Zinder soient, autant que possible, laissées à la France, et celles relevant des territoires de la zone Anglaise soient, autant que possible, laissées à la Grande-Bretagne.
    Il est en outre entendu que, sur le Tchad, la limite sera, s'il est besoin, modifiée de façou à assurer à la France une communication en eau libre en toute saison entre ses possessions du nord-ouest et du sud-est du Lac, et une partie de la




Partnered Projects Introduction - Table of Contents Site Map Search Heritage Web Site Home